Pour la femme: L’incontinence urinaire

Des traitements existent …. Pertes d’urines à l’effort, en toussant, spontanées, accompagnées d’un besoin urgent, pesanteur, boule au niveau du vagin … nombre de femmes n’osent pas aller consulter. Pourtant avec l’aide de quelques examens (bilan urodynamique, IRM), votre urologue peut vous proposer un traitement adapté à votre cas. N’hésitez pas à en parler … ce n’est plus une fatalité.

 

Définitions

 

  • L’incontinence urinaire d’effort est définie par des fuites survenant lors d’efforts physiques (toux, éternuement, marche rapide, sport) sans aucun besoin associé. Le bilan comporte un examen à la recherche des fuites, d’un prolapsus génital (descente d’organe), d’un rétrécissement du méat urétral qui pourront nécessiter un traitement spécifique. Il doit comporter aussi une cystoscopie (examen optique de la vessie) et un bilan urodynamique (enregistrement des pressions de la vessie et du sphincter).

Au terme de ce bilan le chirurgien urologue pourra vous proposer soit une rééducation pelvi-périnéale avec un kinésithérapeute spécialisé soit un traitement chirurgical de cette incontinence urinaire d’effort associé si besoin à un traitement chirurgical d’un prolapsus associé.

 

  • L’incontinence urinaire par urgences mictionnelles (Hyperactivité vésicale idiopathique) est caractérisée par une fuite involontaire d’urine, accompagnée ou immédiatement précédée d’un besoin urgent et irrépressible d’uriner aboutissant à une miction ne pouvant être différée et retenue. La terminologie d’incontinence par impériosités ou incontinence par hyperactivité vésicale peut aussi être utilisée. Ces fuites peuvent survenir dans des circonstances particulières telles que l’introduction de la clé dans la serrure ou la sortie de l’ascenseur en rentrant chez soi. Le bilan doit rechercher un prolapsus associé à l’examen clinique et comporte un examen d’urine à la recherche d’une infection, une cystoscopie pour vérification de l’intégrité de l’intérieur de la vessie (polype, calculs) et un examen urodynamique à la recherche de l’instabilité vésicale.

    Au terme de ce bilan il peut être nécessaire de traiter la cause de l’instabilité vésicale (ablation d’un polype ou cure du prolapsus). En l’absence de cause retrouvée un traitement médicamenteux (anticholinergique) sera prescrit : Ditropan®, Ceris®, Vesicare®.

    En cas d’inefficacité du traitement médicamenteux, la neuromodulation des racines sacrées, l’injection de toxine botulique dans la vessie peut être proposée.

 

 

Bandelette sous urétrale type TOT ou TVT

L’urologue vous a diagnostiqué une incontinence urinaire d’effort et/ou un prolapsus génital nécessitant un traitement chirurgical. Si les deux existent, ils doivent être traités dans le même temps opératoire.

La cure d’incontinence d’effort consiste en la mise en place d’une bandelette de soutènement sous urétral. (Technique TOT ou TVT moins fréquente maintenant).

 

Passage trans-obturateur de la bandelette TOT

 

La bandelette est en polypropylène (nylon), bien tolérée par l’organisme et non rejetée. Elle va former sous l’urètre un hamac permettant une fermeture de celui-ci pendant l’effort et ainsi éviter les fuites.

Bandelette TOT

L’intervention se déroule sous anesthésie générale ou rachi-anesthésie lors d’une hospitalisation en Ambulatoire.

Il est fait une incision dans le vagin (par les voies naturelles) sous l’urètre de 2 centimètres de longueur permettant de passer la bandelette qui sera récupérée par une incision dans chaque pli entre la cuisse et la grande lèvre. La bandelette est alors posée sous l’urètre sans tension et son excèdent est coupé au ras de la peau au niveau des cuisses.

 


Pour aller plus loin : Fiches d’intervention AFU – Bandelette TOT  –  Bandelette TVT


 

 

Après l’intervention des pertes vaginales sanglantes persistent pendant environ trois semaines et des douleurs dans les fesses et les cuisses peuvent être gênantes pendant en moyenne une semaine (parfois jusqu’à 3 semaines).

 

Il faut éviter les bains, la piscine et les rapports sexuels pendant 1 mois. Il ne faut pas porter de charges lourdes et faire des efforts brutaux pendant 4 à 6 semaines.

Une consultation de contrôle est prévue 1 mois après l’intervention pour vérifier la cicatrisation, l’efficacité de la bandelette et la bonne vidange de la vessie.

 

 


Pour aller plus loin : Fiches Suites d’intervention AFU – Bandelette TOTBandelette TVT


 

Prendre RDV